Rive Mauve Artistes au fil de l'eau
Rive MauveArtistes au fil de l'eau

Yann Hervis, à cœur et fleur de sève.

Magnifique. Le moins que l’on puisse dire est qu’il ne manque pas de sève, de cette sève qui irrigue sa création précieuse, délicate, et qui fait admirablement fleurir sous nos yeux de très belles œuvres.   

Ancien élève de Roger Toulouse  à l’Ecole normale d’Orléans, artiste élu par les plus grands noms tels Wilmotte, Philippe Starck ou Andrée Putman  dans les années 80, Yann Hervis, artiste qui est exposé ici et là dans le monde, est un plasticien d’exception qui a marqué l’univers de la marqueterie  et de l’ébénisterie d’art.
Aujourd’hui, il conjugue,  avec un bonheur  à toute épreuve , l’usage du bois, du verre, du papier, du sable, du bronze, etc.

 

Ils sautent, galopent, trottent, montés ou pas, les chevaux de Christian Hirlay disent tout du mouvement et de la grâce.fragments soudés de métal , ils sont tout en volume et en transparence à la fois.
L'artiste, qui est installé dans un petit village de l'Indre, à Vicq-sur-Nahon, posséde le Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique obtenu à Orléans.
Présent pour la première fois au Salon d'Automne de Saumur en 1996, il obtient le premier Prix Sculpture.
Puis il expose chez Hermès, au Théâtre Zingaro, lors du Prix de l'Arc de Triomphe en 2006.
Le thème des chevaux est récurrent dans son oeuvre, mais il se passionne aussi pour l'ensemble du milieu rural dans lequel il vit.

 

Val Carr : "L Art est toute ma vie ,oublié pendant quelques années ,n étant pas aussi disponible ,je me suis décidée à ne plus avoir d autre priorités...je me suis vouée à la sculpture il y a maintenant sept ans .
J apprends en autodidacte ,il n est pas meilleur façon de créer son propre style que de créer en farfouillant et en se perdant. Capter un mouvement , exprimer le ressenti....retranscrire l expression humaine sur le vif , attitudes spontanées  , équilibre improbable , puissance , élégance , mais aussi la peur , la défense ,la noblesse de mes sujets , leur beauté ."


Xavier Carnoy : Son style apparaît immédiatement à ceux qui le connaissent, dans sa façon très personnelle de capter la lumière, d’harmoniser les volumes avec le paysage, d’inventer des espaces pour le rêve et l’intimité. 

Pourquoi consacre-t-il son énergie créatrice à faire naître de la terre ou du métal ce monde animalier dont le style est aussi tellement singulier qu’on le distingue entre tous ? Le style, justement. 

Il cherche avant tout l’harmonie, l’équilibre des formes et des volumes.
Au quotidien, il est curieux de tout, comme un enfant émerveillé par la nature et le génie des hommes, il voudrait tout voir, tout comprendre, dans une fièvre de savoir qui le pousse à « butiner » dans une sorte d’insouciance.
En vérité, l’apparence cache son contraire : notre artiste sait, s’il s’agit de métier, être grave, précis, méticuleux jusqu’aux confins de l’obsession.
Ce perfectionnisme est la marque de sa fragilité, sa force également. Il en a conscience. Il sait qu’en créant du beau, du fini, se conjurent nos inquiétantes incomplétudes.

 

Jeong Hee crée des bijoux légers, purs, libres par leur forme. Ils suivent le mouvement des lignes, des volumes et du vide.

Jeong Hee dessine, peint, elle sculpte.

Corée, France, Angleterre, Inde, imprégnée des pays traversés, des cultures partagées, elle façonne des pièces contemporaines, intenses, tour à tour sophistiquées ou chaotiques, primitives et subtiles.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Pascaline Pichon